Schlosser Gérard

Schlosser

Né le 12 Juin 1931 à Lille

Vit et travaille à Paris et dans la Drôme
Elève de l' Ecole des arts appliqués de Paris où il étudie l'orfèvrerie, Gérard Schlosser fait un court passage à l' école des Beaux Arts puis décide de se consacrer à la peinture.  
Monory, Rancillac, Aillaud, Fromanger.L’usage de l’épiscope qui permet de projeter une image sur la surface de la toile se généralise.

Gérard Schlosser est le peintre du choix parcellaire. Pour réaliser ses tableaux, il utilise la technique du photomontage, associant par le découpage deux ou trois éléments issus de documents différents. Dès 1967, il encolle systématiquement ses toiles de sable et, bien que travaillant en intérieur, il «repense en les actualisant les thèmes de la peinture impressionniste», comme a pu le noter Jean Clair. Les toiles s’articulent souvent en séries : corps féminins allongés, paysages, vues nocturnes .... Pour Gérard Schlosser "montrer va devenir cacher". Par le découpage plus que le cadrage, par le biais du titre fait de petites phrases banales qui renvoient à un ailleurs supposé mais non représenté, il accentue l’écart entre le visible et le sens. Ce que je vois n’est pas ce que je dis. Dès ses premières toiles, Gérard Schlosser fait le choix de la figuration : fragments de corps peints en aplats et cernés de noir. Ces travaux ne sont pas sans rappeler les recherches des artistes du Pop Art. C’est en 1970 qu’il a recours à la photographie. Il systématise par la suite ce procédé comme d’autres artistes français associés à la Figuration narrative :



  Chronique sur Gérard Schlosser

Disponible uniquement dans le DVD "La Figuration Narrative" Volume 2