Sanchez Fabian

SanchezNé à Ayacucho, Pérou en 1934. Mort le 9 Avril 2020.

Etudie la peinture à l'Ecole nationale des Beaux arts de Lima, Pérou.
Vit et travaille à Paris depuis 1965.
De 1960 à 1968 participe à différentes expositions de peinture au Pérou et à l'étranger.

En 1969 Fabian Sanchez donne une nouvelle orientation à son travail, créant dés lors des œuvres en trois dimensions, en bois, polyester et métal. Après l'abandon de la surface plane, l'artiste devient sculpteur autodidacte et se consacre définitivement à l'étude de la structure morphologique et à l'élaboration d'automates suivant un chemin très personnel pour parvenir à la forme artistique que nous lui connaissons.

Depuis 1971 ses œuvres "animées" ont été présentées dans différentes expositions consacrées à l'Art et la Technologie, à l'Art surréaliste, à la sculpture contemporaine et celles-ci dans divers centres d'Art, notamment :

- Les Machines Sentimentales – Centre national Georges Pompidou, Paris
- Energie et Mouvement – Centre National Art et Technologie, Reims
- Face à la Machine – Maison d'Amérique Latine, Paris
- Mécanic'Art – Musée-Château, Annecy
- L'Homme Machine – Maison de L'Innovation, Clermont-Ferrand
- Robots en liberté – Espace Elec CNIT, La Défense Paris
- Expressions sculptures – Musée National des Monuments Français, Paris
- Amérique Latine et Surréalisme – Museum Bochum, Cologne
- FIAC'77,FIAC'80, FIAC'94, Grand Palais, Paris
- IVème Biennale de Paris, XXXIXème Biennale de Venise, IVème Biennale de Medellin.
- Surrealism: Two private eyes – Guggenheim , New York
- Claude Roffat, un parcours particulier, L'Oeuf Sauvage, Centre d'Art Abbaye Auberive


 

Depuis 1965, le sculpteur Fabian Sanchez a quitté son Pérou natal pour vivre en France. Après avoir abordé la peinture, il devient sculpteur autodidacte. L’univers anthropomorphe qu’il fait naître n’est comparable à aucun autre.

Après Lautréamont

A partir du déclic que lui procure la récupération d’une machine à coudre, Fabian Sanchez plonge dans le monde qu’il s’invente: des créatures (animales, humaines ?) auxquelles l’animation plastico – mécanique donnent une vie inquiétante.
« Beau comme la rencontre d’un parapluie et d’une machine à coudre sur une table de dissection » cette phrase de Lautréamont était alors devenue pour le surréalisme un véritable mot d’ordre. Fabian Sanchez  a trouvé, dans cette rencontre entre sa créativité et une machine à coudre, le point de départ d’une œuvre unique.
Il faut avoir visité l’atelier parisien du sculpteur, il faut avoir eu accès au secret de cette pièce interdite pour appréhender l’étrange manipulation à laquelle se livre l’artiste.

La table de dissection de Fabian Sanchez

S’agit-il vraiment de l’atelier d’un sculpteur ? Ne serait-ce pas plutôt un bloc opératoire clandestin dans lequel un nouveau docteur Frankenstein se livrerait à des expériences douteuses ? Sur une table git une forme peut-être antropomorphe en cours de montage ou de démontage. A  proximité, des dizaines de pièces extraites de machines à coudre attendent leur nouvelle affectation pour donner vie à ce nouveau mutant. Bien alignés sur les murs, de nombreux outils attendent d’intervenir sur cette table de dissection d’un genre nouveau.

Chronique

Rencontre entre Fabian Sanchez et une machine à coudre sur une table de dissection

Durée: 13 mn

 

Les modules vidéo monographiques
de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain
sont désormais disponibles sous la forme de fichier vidéo
pour usage personnel au prix unitaire de 19 euros TTC.

 


Pour l'usage institutionnel, consultez :

http://imagoart.e-monsite.com/pages/achat-institutionnel.html